ISRS : Risques liés à leur utilisation pour l’éjaculation précoce No ratings yet.

L’éjaculation précoce  est une difficulté sexuelle couramment signalée que les hommes éprouvent. Elle touche jusqu’à 66 % des hommes chez qui on a diagnostiqué des problèmes de dysfonction sexuelle. L’étiologie de l’éjaculation précoce peut être psychogénétique, physiologique ou comportementale.

Les méthodes précédemment utilisées pour traiter cette condition comprenaient la thérapie comportementale, la psychothérapie et des exercices tels que la technique du « squeeze » et/ou la technique du « start and stop ». Toutefois, ces modalités nécessitaient souvent la participation du partenaire.

Ces derniers temps, cependant, de faibles doses d’antidépresseurs appelés inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) approuvés pour le traitement de la dépression ainsi que d’autres problèmes de santé sont devenus de plus en plus les médicaments de premier choix pour le traitement de l’éjaculation précoce.

Bien qu’ils soient utilisés hors étiquette pour le traitement de l’éjaculation précoce, ce qui est censé être lié, au moins en partie, à la présence de sérotonine dans les niveaux inférieurs, les ISRS agissent pour promouvoir la production de sérotonine, un neurotransmetteur et augmenter le temps nécessaire pour atteindre l’éjaculation.

 

Les ISRS sont-ils efficaces pour l’éjaculation précoce ?

La plupart des hommes atteints d’éjaculation précoce répondent bien au traitement quotidien à l’aide d’ISRS. Cependant, il y a des effets secondaires importants causés par l’utilisation de ces médicaments que les patients peuvent trouver très désagréables.

Les chercheurs ont effectué une méta-analyse des études qui ont examiné les ISRS ainsi que la clomipramine, un antidépresseur plus ancien, qui ont été utilisés pour traiter l’éjaculation précoce.

L’analyse a montré que l’utilisation de clomipramine (Anafranil) et les ISRS paroxétine (Paxil), sertraline (Zoloft) et fluoxétine (Prozac) ont été utiles pour retarder l’éjaculation et aider les patients à durer plus longtemps au lit. De plus, la paroxétine a eu l’effet le plus fort.

Une analyse plus étroite portant sur 8 essais randomisés et contrôlés par placebo dans lesquels le temps avant l’éjaculation a été mesuré à l’aide d’un chronomètre a également prouvé l’efficacité des ISRS pour augmenter le temps avant l’éjaculation.

Des études qui ont analysé l’utilisation des antidépresseurs à la demande pour le traitement de l’éjaculation précoce ont montré qu’il n’est pas aussi efficace que le traitement d’usage quotidien. Dans le cas de la consommation à la demande, les hommes ne doivent prendre la drogue qu’avant l’activité sexuelle.

De plus, le médicament doit être pris environ 3 à 5 heures avant le rapport sexuel. Cela peut grandement atténuer la spontanéité du patient. Bien que le traitement d’éjaculation précoce à la demande soit un sujet très controversé, la plupart des patients préfèrent essayer cette méthode car elle réduit considérablement le risque d’effets secondaires.

 

Y a-t-il des effets secondaires à l’utilisation d’ISRS ?

L’utilisation quotidienne d’antidépresseurs, même s’ils sont utilisés à des doses plus faibles pour traiter l’éjaculation précoce, peut causer certains effets secondaires.

Certains des effets secondaires courants qui sont généralement légers peuvent disparaître graduellement au bout d’environ deux semaines. Il s’agit notamment de diarrhée, de sécheresse de la bouche, de fatigue, de nausées, de somnolence, de transpiration et de bâillements.

Toutefois, certains des effets secondaires plus graves suivants peuvent également survenir chez certains des patients qui utilisent des ISRS :

 

Comportement suicidaire

Il s’agit d’un avertissement dans une boîte noire et de l’alerte la plus sérieuse de la FDA. Il affirme que l’utilisation d’ISRS augmente les chances de développement de pensées suicidaires ainsi que le comportement chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes souffrant de dépression majeure ou d’autres troubles psychiatriques.

Cependant, chez les patients âgés de 25 ans ou plus souffrant de dépression majeure, le risque de suicide est beaucoup plus faible.

 

Syndrome sérotoninergique

Il s’agit d’une réaction potentiellement mortelle qui se produit souvent lorsque deux médicaments qui stimulent la production de sérotonine sont utilisés en même temps. Cela provoque le coma, l’agitation, des changements dans la tension artérielle et la fréquence cardiaque, des hallucinations, des vomissements et une perte de coordination.

L’utilisation d’antidépresseurs plus anciens comme les inhibiteurs de la monoamine oxydase, les médicaments contre les migraines (triptan) comme le tramadol (Ultram), l’almotriptan (Axert) et les suppléments de tryptophane devrait être évitée.

Parmi les autres médicaments capables d’augmenter le taux de sérotonine dans le cerveau, mentionnons le millepertuis, les produits à base de plantes médicinales, les médicaments en vente libre contenant du dextrométhorphane (utilisé contre la toux) et les analgésiques sur ordonnance comme la mépéridine (Demerol, générique).

 

Dysfonctionnement sexuel

Les différents types de dysfonctionnements sexuels causés par les ISRS comprennent l’anorgasmie, le dysfonctionnement érectile, l’engourdissement génital, la diminution de la libido et l’anhédonie sexuelle ou l’orgasme sans plaisir. À l’occasion, le dysfonctionnement sexuel peut persister même après l’arrêt des ISRS.

Bien que le mécanisme qui fait que les ISRS induisent des effets secondaires sexuels n’a pas été bien compris, on croit, en partie, que la stimulation des récepteurs postsynaptiques (5-HT2 et 5-HT3) diminue la libération de dopamine et de noradrénaline à partir de substantia nigra nigra.

De plus, un certain nombre de petites études ont également montré que les ISRS sont capables d’affecter négativement la qualité du sperme du patient.

 

Syndrome d’addiction

Les patients qui ont été mis sous traitement prolongé aux ISRS ne devraient pas arrêter brusquement le médicament. Ils devraient réduire la dose du médicament sur plusieurs semaines afin de minimiser la gravité des symptômes liés à l’arrêt du traitement.

Les symptômes de sevrage peuvent comprendre des nausées, des étourdissements, des frissons, des maux de tête, des maux de corps, des paresthésies, des sensations de choc électrique et de l’insomnie. La paroxétine cause souvent plus de symptômes liés à l’abandon du traitement que d’autres ISRS.

Cependant, tous les ISRS ont tendance à causer des effets de sevrage qualitativement similaires. La fluoxétine cause le moins d’effets d’arrêt.

 

Faible teneur en sodium

Les patients qui prennent des diurétiques sont susceptibles d’être plus à risque d’éprouver le problème de faible teneur en sodium. Les symptômes d’une faible teneur en sodium comprennent les maux de tête, les troubles de la concentration et de la mémoire, la confusion, l’instabilité et la faiblesse.

 

Saignements anormaux

L’effet secondaire est plus fréquent et plus élevé chez les personnes qui prennent des anticoagulants/anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme la warfarine, l’aspirine, l’ibuprofène (Advil) etc. dans le cadre du traitement d’autres affections médicales. Comme on sait que les ISRS interagissent avec les anticoagulants, le risque de troubles gastro-intestinaux, postopératoires et intracrâniens est accru.

Cependant, le risque absolu peut ne pas être très élevé. De plus, les ISRS peuvent causer un dysfonctionnement plaquettaire, bien que le risque soit plus élevé chez les patients qui prennent des AINS, des anticoagulants et des antiplaquettaires, ainsi que chez ceux qui ont des maladies sous-jacentes coexistantes comme la cirrhose hépatique ou l’insuffisance hépatique.

 

Gain de poids

Les patients qui reçoivent une dose quotidienne d’ISRS dans le cadre d’un traitement d’éjaculation précoce pour les aider à durer plus longtemps au lit sont considérés comme ayant pris du poids. Cela augmente à son tour le risque de diabète.

 

Érection prolongée

Il s’agit d’un effet secondaire rare (quoique souhaitable !) mais les patients qui éprouvent ce type de réaction doivent cesser d’utiliser le médicament et consulter leur médecin.

À lire absolument :

Please rate this